Livraison offerte dès 80 € d'achat avec Mondial Relay
Chin Mudra la marque 100% française au service du Yoga
Livraison offerte dès 80 € d'achat avec Mondial Relay
La boutique spécialisée pour le yoga, faites confiance à Chin Mudra
Nos catégories Yoga

Est-ce que le yoga est un sport ?

Quelques points de réponse


Les fêtes de fin d'année se profilent et les questions habituelles des familles qui se retrouvent vont ressurgir. À la question, «alors, tu fais du sport ? », beaucoup d'entre nous ont du mal à dire "oui" quand il s'agit de parler de sa pratique du yoga, mais nous avons tout autant de mal à entendre la sentence « le yoga, ce n'est pas du sport ! ». Qui n'a pas ressenti les courbatures après une séance, qui n'a pas transpiré sur son tapis de yoga, qui n'a pas vu son corps se transformer et son esprit s'affermir au bout de quelques années de pratique ? Cette question simple est finalement plus complexe qu'elle n'y paraît, parce qu'entre le sport et une activité physique, il existe des ponts et parfois des confusions entre deux mondes. Cette question est d'autant plus importante qu'elle parle aussi de notre état d'esprit quand nous abordons et pratiquons le yoga pour la première fois.

Pourquoi le yoga n'est pas un sport ?


Le sport implique une activité physique conditionnée à la recherche d'un résultat. De nombreuses disciplines veulent être considérées comme un sport. Cela peut aller des échecs à l'e-sport. Lorsqu'en 2020, l'Inde reconnaît le yoga comme une activité sportive, c'est l'incompréhension dans le monde du yoga. Derrière cette annonce, c'est surtout l'Inde et son 1er ministre ultra-nationaliste qui ont voulu utiliser le yoga, une nouvelle fois, comme un outil diplomatique en le faisant candidater aux Jeux Olympiques. C'est évidemment un non-sens absolu. Imaginez-vous une compétition de yoga ? On retrouve les travers de certaines salles de sport où le yoga est proposé comme une simple gymnastique.

Le yoga, se depasser en se libérant de l'ego

Le yoga s'oppose à l'esprit de compétition

L'esprit du yoga est en totale opposition à la compétition. L'une des premières règles, lorsqu'on se rend dans un cours de yoga, c'est bien entendu de ne pas se comparer aux autres. Il n'est pas question de vouloir être le meilleur car ce concept est contraire à la philosophie de notre discipline.
Le yoga exige de mettre son ego le plus loin possible de sa pratique. Vouloir être le meilleur est, pour le yogi, une erreur fondamentale. C'est une notion difficile à comprendre pour un occidental qui, dès son plus jeune âge, est programmé pour devenir le meilleur. Beaucoup de frustration et de mal-être naissent et perdurent à cause de cette philosophie qui conduit à l'insatisfaction chronique et à l'incapacité de s'ancrer dans le présent. Cette dictature du « toujours plus » n'a jamais de fin et finalement une partie de l'humanité devient une métaphore de l'âne avançant avec l'espoir de saisir l'insaisissable carotte.
Le yoga demande tout le contraire : de la bienveillance et de l'indulgence envers soi-même. Ne pas parvenir à réaliser une posture n'est pas un échec, mais plutôt une promesse de progression.

Le yoga, une autre forme de dépassement

Dans le yoga, la seule quête est de trouver son équilibre et si nous parlons du yoga en tant que pensée holistique, l'objectif serait d'atteindre la libération, le huitième et dernier pilier selon Patanjali. Sur le chemin, il y a sept autres piliers. On ne peut pas dire que le yoga exclut l'idée de dépassement, mais il est tout à fait différent du culte que le monde du sport lui livre. Dans le yoga, le dépassement se fait sans souffrance parce qu'on ne va pas le provoquer. Jamais un professeur de yoga vous demandera de forcer pour réaliser un asana. Il va même l'adapter à vos possibilités et peut-être incorporer des accessoires de yoga. Votre corps et votre esprit prendront le temps qu'il faut pour parvenir à réaliser une posture. Il y aura une progression parce qu'il y aura une compréhension. Votre esprit va apprendre à écouter son corps et ce dernier va s'habituer à tenir une posture. Dans le yoga, le dépassement est une compréhension, une évolution naturelle qui n'est jamais forcée.

Contrairement au sport, il n'y a pas cette dichotomie entre l'esprit et le corps. Dans le yoga, le corps et l'esprit forment un tout. « se faire mal » aller « au-delà de ses limites » sont un véritable blasphème sur un tapis de yoga, car c'est vouer un culte à l'ego.

Yoga : la perfection n'existe pas

 

Le yoga : tout le monde gagne, personne n'est parfait


Le yoga est une pratique individuelle que l'on fait pour soi. Prendre une heure de son temps pour réaliser des asanas est déjà une victoire. L'asana parfait n'existe pas. Si la démocratisation du yoga met en exergue les postures les plus photogéniques, cela ne signifie pas qu'elles sont parfaitement réalisées. En effet, chacun sera dans sa perfection de l'instant. Une personne souple trouvera sa perfection dans une flexion du bassin tandis qu'une autre moins souple sera dans une posture parfaite pour elle avec une cambrure moins impressionnante. Certains vont utiliser des accessoires pour parvenir à réaliser un asana et profiter de tous ses bienfaits.
La posture parfaite n'existe pas parce que la posture va évoluer avec vous.

 Le yoga est physique


C'est peut-être son seul lien avec le sport, mais il est ténu. Pour comprendre la dimension physique du yoga, il faut le pratiquer et sentir son corps travailler pour tenir une posture. Il est d'autant plus difficile qu'il va aller réveiller des muscles oubliés dans le corps en travaillant en profondeur. Les courbatures ne sont pas rares surtout quand on débute ! Le yoga est, par contre, utilisé par les sportifs de haut niveau, car il permet justement de travailler sur le corps et sur l'esprit. Il devient un complément majeur d'une discipline de haut niveau. On peut aussi se montrer bienveillant et comprendre que, vu de l'extérieur, le yoga peut paraître doux.

Le yoga est phyzique

Le yoga bien au-delà des asanas

La différence la plus substantielle avec n'importe quel autre sport, c'est que le yoga ne se limite pas aux postures. Vous qui lisez notre blog Evasion, vous découvrez, avec nous, aussi bien les asanas que les mudras, l'histoire, la spiritualité, les légendes, la médecine traditionnelle et la philosophie. Les asanas ne sont qu'un pilier parmi huit angas selon Patanjali. Un pratiquant de yoga va devoir comprendre pourquoi il pratique des asanas et, ainsi, aller plus loin dans la compréhension qui va venir enrichir sa pratique.